Livre : Celle qui a dit Fuck

Dès la première page, on est dans l’ambiance : après une dispute avec son mari, Alice, une trentenaire que ses proches définissent comme attachiante, se retrouve bloquée dans les transports en commun à cause d’un incident voyageur… Le même jour, sa meilleure amie lui annonce qu’elle attend un enfant, alors qu’elle souhaite plus que tout tomber enceinte, et apprend que la promotion qu’elle convoite va lui passer sous le nez. C’en est trop ! Elle craque dans le bureau de sa chef qui lui propose d’aller voir son médecin. Diagnostic : Alice est une extra-penseuse (elle se prend trop la tête quoi). Son médecin lui « prescrit » le lâcher-prise et lui recommande d’intégrer un groupe, les Over-Thinkers anonymes, traduisez « Ceux qui pensent trop », afin de se débarrasser des ruminations qui lui gâchent l’existence.

 

Dessin fuck

 

A partir de là, grande remise en question pour Alice qui réalise qu’elle se met trop la pression – toujours en quête de perfection – et qui se donne pour objectif de dire fuck aux prises de tête. Attendez-vous donc à retrouver souvent le mot « fuck » lors de votre lecture ! La jeune femme commence à tenir un journal afin de se libérer, initiative qui marque le début de sa transformation en une Alice moins chiante et qui profite de la vie. Elle y inscrit toutes ses pensées, ses résolutions, notamment arrêter de se répéter qu’elle est nulle, ses joies, ses déceptions, évoque ses relations avec son entourage…  et commence à s’intéresser au développement personnel (psychologie positive, Ikigai) afin de changer sa façon de voir les choses.

 

UN LIVRE DROLE… ET SERIEUX A LA FOIS

Ecrit par les sœurs jumelles Anne-Sophie Lesage et Fanny Lesage, Celle qui a dit Fuck est divertissant. Ce qui est intéressant, c’est qu’on peut facilement s’identifier à Alice car elle rencontre les mêmes problématiques que beaucoup d’entre nous : un job ennuyeux, une vie de couple un peu monotone, un désir de maternité qui tarde à se concrétiser… le burn-out est également évoqué mais, dans l’ensemble, Alice raconte ses anecdotes avec tant d’humour qu’on est obligé de sourire ou de rire ! Bien décidée à reprendre sa vie en main et à voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, elle instaure notamment un rituel Fuck It, fait la chasse à ses mauvaises habitudes et cherche à apprécier les petites joies de l’existence.

 

UN LIVRE « FRAIS »

Totalement dans son époque, Alice fréquente les réseaux sociaux, est abonnée à Netflix et regarde Game of Thrones… Pour décrire les situations qu’elle vit, elle fait souvent référence à des personnages de séries télé ou cite des paroles de chansons connues et illustre son journal avec des dessins*.

En bref, Alice est à la fois chiante et cool et on se plaît à la lire !

A la fin du livre, petit pincement au cœur : Alice dit au revoir à son journal en le remerciant d’avoir été son confident et de l’avoir accompagnée tout au long de sa route vers le lâcher-prise. Moment émouvant. On est un peu triste de quitter la jeune femme à qui on s’est attaché. Mais, en même temps, on est content car Alice vient d’apprendre de bonnes nouvelles qui, d’ailleurs, laissent volontiers imaginer un Celle qui a dit Fuck 2.

Je recommande ! 🙂

 

* Illustrations de Léna Piroux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s