Repos forcé

Chers lecteurs, chères lectrices,

Il y a ceux qui comprennent vite les choses et ceux qui ont besoin d’un coup de pied aux fesses pour comprendre. Je fais partie de ceux-là. Pourquoi je dis cela ? Parce que je me suis négligée et que, ensuite, j’ai sous-estimé les signaux jusqu’à ce que la douleur devienne trop forte.

Comment cela a commencé

Récemment, j’ai passé cinq jours à l’hôpital. Opérée de l’appendicite. Mon corps avait commencé à se manifester une dizaine de jours plus tôt par des brûlures d’estomac et une sensation d’inconfort dans le bas du ventre. Estimant que ça finirait par passer, consulter un médecin ne faisait pas partie de mes priorités.

Je me sentais fatiguée depuis des mois, mais je continuais à tirer sur la corde, allant souvent me coucher vers minuit et demie, voire plus tard – pour me lever à 6h – pour profiter de mes soirées. Entre le bureau, les transports en commun, les courses parfois après le boulot, les enfants et soucis divers, elles me semblaient trop courtes. J’avais l’impression de courir en permanence, de réfléchir en permanence, au travail comme à la maison, de devoir penser à tout (aux repas, aux vêtements propres,…). Cette fameuse charge mentale, je crois que j’étais en plein dedans.

Moi qui ai publié l’article « Et si on prenait le temps de s’arrêter ? », j’étais loin de le faire !

Je grignotais sur mon temps de sommeil pour avoir du temps à moi, pour me changer les idées. Au lieu d’aller me coucher, je commençais à regarder le second film de la soirée, j’étendais le linge ou je venais sur mon blog – je plaide coupable, mais j’aime tant écrire ! Bref, je trouvais toujours une activité et la fatigue a pris le dessus. Ajoutez à cela le stress du travail, une alimentation à faire pâlir Shrek et une trop faible consommation d’eau – parfois 2 ou 3 verres par jour seulement – et vous obtenez un cocktail dangereux. Bien que les causes de l’appendicite restent floues, je ne serai pas surprise de découvrir qu’en ce qui me concerne, ce sont tous ces éléments qui ont fait disjoncter mon organisme.

C’est après une nuit particulièrement difficile – je ne pouvais pas me tourner dans le lit tellement je souffrais – que j’ai enfin décidé de voir un médecin. Sa réponse après avoir vu les résultats de mon échographie abdominale : « Madame, il faut vous rendre aux urgences ». Le lendemain, je me retrouvais au bloc opératoire. Heureusement que je pouvais compter sur mon conjoint et sur mes parents, le cas échéant. Comment aurait fait une maman ou un papa qui n’a ni l’un, ni l’autre ?

Ménager sa monture

C’est une belle leçon que je viens de prendre. Si tu ne ménages pas ta monture, elle te le fera payer. J’ai donc décidé de revoir tout mon mode de vie : heure du coucher, alimentation, organisation de la maison… J’ai aussi décidé de me reposer davantage sur mon conjoint, au lieu de vouloir tout faire moi-même. Je ne suis pas Wonder Woman. J’ai compris qu’en prenant soin de moi, non seulement je me sentirai mieux, mais je serai plus présente pour ma famille et plus en mesure de gérer le stress d’où qu’il vienne.

Le médecin m’a arrêtée pendant 3 semaines. Pour le coup, j’ai du temps pour moi ! Mais, vous voyez, il m’a fallu passer par la case hôpital pour lever le pied et me rappeler qu’il faut entretenir sa santé. Ne commettez pas la même erreur… notamment les mamans, qui veulent souvent tout gérer. En étant sur tous les fronts, on y laisse des plumes. Si vous en avez la possibilité : déléguez des tâches !

Si je vous raconte tout cela, c’est pour que vous preniez garde aux signaux que vous envoie votre corps, afin de vous ressaisir tant qu’il est temps.

4 commentaires

  1. Oh Stéphanie ! Je suis peinée de lire ça. Mais le plus important, c’est que ça aille aujourd’hui et que tu aies entendu le message derrière : prendre soin de soi pour prendre soin des autres. ❤ Je te souhaite un bon repos !!

    Aimé par 1 personne

Répondre à lejardinki Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s