Emploi : repartir à zéro

Bonjour à tous !

Repartir à zéro n’est pas chose facile. Quelque soit le domaine.

En raison de licenciements pour motif économique, mon poste sera bientôt supprimé. Après avoir vu de nombreux collègues partir, je vais quitter l’entreprise avant la fin du mois.

Généralement, le mot licenciement n’a pas une connotation positive. Mais moi je souhaite partir depuis un moment, notamment parce que j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de mon poste et que j’ai envie de faire autre chose. Je commence aussi à être fatiguée de passer 2h20 dans les transports en commun (avec tous leurs inconvénients) presque chaque jour. J’aimerais donc trouver un poste plus près de chez moi. Et il y a d’autres raisons.

Ok, donc c’est cool ! me direz-vous. Cela va dans ton sens.

Le truc, c’est que plus le départ approche, plus je stresse ! Penser que, après 11 ans d’ancienneté :

  • Je vais devoir (encore) répondre à des offres d’emploi,
  • Repasser (encore) des entretiens d’embauche,
  • Attendre (encore) avec ce mélange d’espoir et d’anxiété qu’on m’appelle pour m’annoncer qu’on m’embauche,
  • M’adapter (encore) à un nouveau poste et à un nouveau chef,
  • Apprendre (encore) à connaître de nouveaux collègues,
  • Mémoriser (encore) qui est qui, qui fait quoi, qui travaille avec qui, qui est le supérieur de qui… (en particulier dans les grandes entreprises),
  • M’habituer (encore) à un nouvel environnement, un nouveau quartier…

téléchargement (1)

Repartir à zéro, c’est flippant. C’est genre, on efface tout et on recommence. Enfin, on n’efface pas forcément mais, comme sur un ordinateur, on ferme un dossier et on en ouvre un nouveau. On laisse le mode de fonctionnement d’une structure, des habitudes de travail acquises au fil des années, pour intégrer une autre structure. On se retrouve dans l’inconnu avec un grand I. Et en quittant un poste, on laisse également ce qui s’y rattache – en ce qui me concerne, une bonne ambiance, un cadre de travail agréable… – sans savoir ce que nous réserve notre futur job.

Pourtant, repartir à zéro présente aussi des aspects positifs :

  • L’expérience aidant, on sait mieux quelles missions on veut faire et/ou ne plus faire (archivage, non merci) dans son prochain emploi,
  • On se connaît mieux, ainsi notre recherche d’emploi est plus précise. On sait mieux dans quel secteur on veut évoluer, donc on a plus de chances de trouver un poste qui nous correspond vraiment et de s’y épanouir,
  • On part en sachant mieux de quoi on est capable, donc on a plus confiance en soi,
  • Grâce à notre expérience, on sait mieux mettre nos compétences en valeur face aux recruteurs (je n’aime pas l’expression « se vendre »),
  • L’expérience acquise nous donne de la crédibilité auprès de potentiels employeurs,
  • On quitte notre zone de confort et on se confronte à l’inconnu, ce qui fait grandir,
  • La porte s’ouvre sur d’autres opportunités et d’autres rencontres,
  • Découvrir une nouvelle entreprise, c’est s’enrichir encore intellectuellement…

Alors certes, repartir à zéro c’est flippant, mais c’est aussi une grande aventure qui peut réserver de bonnes surprises.

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s