Comment vivre au mieux les transports en commun ?

Les transports en commun, on est bien content qu’ils existent : beaucoup de gens n’ont pas le permis de conduire, ni les moyens de s’acheter une voiture. Et ceux qui en ont une n’ont pas forcément envie de se taper les bouchons lorsqu’ils se déplacent, sans oublier l’essence. Tout le monde n’a pas non plus les moyens (surtout dans Paris) d’habiter près de son travail ou de sa fac. Mais, en même temps, et, s’il vous plaît, corrigez-moi si je me trompe, prendre les transports en commun n’est pas particulièrement une partie de plaisir. Cela peut même s’avérer stressant. Quel utilisateur quotidien du métro ne s’est jamais retrouvé compressé comme une saucisse dans un hot-dog ? Ou entendu que le trafic était interrompu à cause d’un colis suspect ?

En plus, il faut faire avec les voyageurs désagréables : il y a environ trois semaines, station Madeleine, un homme me bouscule pour descendre. Je lui fais remarquer qu’il aurait pu dire pardon. Monsieur me traite alors de tarée ! Je vois rouge et je lui réponds que c’est lui le taré. Je n’aime pas les embrouilles, mais j’ai mes limites.

LES OUTILS

Lorsqu’on prévoit de prendre les transports en commun, avoir toujours avec soi au moins de la musique, de la lecture, une tablette ou de la nourriture, ça occupe. Le téléphone portable peut aussi faire l’affaire, à condition d’avoir le réseau.

LE BUS / LE TRAM

Ce qui est intéressant avec le bus et le tram, c’est que vous pouvez voir le paysage, la lumière du jour et qu’on y respire mieux que dans le métro. Mais, pour un long trajet, le métro s’avère généralement plus pratique.

LE METRO

Plusieurs cas de figure peuvent se présenter :

  • Le top du top

Vous trouvez une place assise. Là, c’est freestyle : vous pouvez écouter de la musique / lire / manger / dormir, soit l’une de ces possibilités, soit les trois selon la durée de votre trajet. En plus, le voyage se déroule sans incident. RAS

  • Moins top

C’est les heures de pointe. Vous devez vous coltiner le trajet debout et compressé(e). Vous n’avez même pas la place de tourner les pages de votre livre, et à peine la place de sortir votre téléphone portable de votre poche ou de votre sac. Je sais de quoi je parle. Les solutions ?

Si vous avez de la musique, écoutez-la. Elle va capter votre attention, du coup le trajet vous semblera moins difficile.

Pas de musique ? Vous pouvez réfléchir à la façon dont vous allez organiser votre journée de travail, ou à ce que vous aller faire de votre soirée ou week end (ce sera ça de gagné) ; au cadeau que vous allez offrir à votre soeur pour son anniversaire. Vous pouvez également fermer les yeux (ce qui aura l’avantage de vous détendre un peu) ou pratiquer la pensée positive, qui orientera votre esprit de manière bénéfique. Vous pouvez aussi tout simplement relativiser et accepter la situation. Si vous êtes à quai, que vous voyez le train plein à craquer et que vous n’êtes pas particulièrement pressé(e), laissez passer une rame. Avec un peu de chance, la suivante sera moins pleine.

  • La galère

Non seulement le train est bondé, mais comble de poisse, le trafic est perturbé, ou interrompu en raison d’un malaise voyageur… Vous comprenez que vous arriverez en retard à votre travail. Ou, si c’est le soir, à l’école pour récupérer vos enfants. L’énervement vous gagne. Les solutions ?

Vous ne pouvez rien faire, alors à quoi bon vous énerver ? Fermez les yeux et prenez une profonde inspiration. Sérieusement ! Inspirez à fond, relâchez, jusqu’à ce que vous sentiez la pression retomber. Si vous avez le réseau, prévenez votre employeur ou votre rendez-vous de votre retard. Ensuite, pensez à une chose qui vous fait rire ou que vous aimez faire. Vous dirigerez ainsi votre pensée sur du positif. Si vous en êtes capable, relativisez et acceptez la situation…

  • La totale

En plus du train bondé et du trafic interrompu, vous vous coltinez l’haleine nauséabonde ou les odeurs corporelles de votre proche voisin(e) de transport. Vous avez juste envie de fuir, mais c’est impossible. Les solutions ?

Les mêmes que dans « La galère », mais, en plus, tournez-vous discrètement à 180 degrés…

Photo 20 Minutes

 

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s